Mes textes Poèmes écrit en tout genre .

12/10/2016 à 06:11

Edgard

Type : Homme
Messages : 382
Membre depuis : 12/08/2016

Bonjour à tous dans ce nouvel environnement.
Je pense que le coté convivial et la plus grande souplesse pour nos échanges est aujourd'hui au rendez vous.
Hé bien il va me falloir refaire le chemin à l'envers, remarquez je vais mieux gérer mes propositions de textes et prendre un peu plus de plaisir à vous faire partager mes écrits, qu'ils soient érotiques ou le reflets de mes pensées.
Comme je l'avait et déjà auparavant  expliquer je ne suis pas ici pour faire des émules ni rechercher le reconnaissances, je suis ici parce que je me sent bien, Pardonnez moi les erreurs de syntaxes, d'orthographes et de conjugaisons, c'est plus une thérapie pour moi que de rejoindre l'univers des grands poètes.
Bien à vous et merci de votre passage. 
Edgard H.L. 

14/10/2016 à 08:30

Edgard

Type : Homme
Messages : 382
Membre depuis : 12/08/2016
Elle :

Aurons nous de cette peine à assouvir

Ce que fantasme nous offrent en pire

Quand de l'amour ne reste que le chaos

Nos larmes , nos pleurs nourrissent l'écho


  De cette main qui ainsi me fut tendu

Comme un mirage à l'instant disparu

Laissant comme gouffre dans ma vie

Pour un cœur qui à jamais sera meurtri


  Quand de ses vers qui furent ma joie

De ses repères bouleversant mon émoi

Ne seront à jamais que de faux espoirs

Je suis si seule maintenant devant ce miroir.



  Lui :

Je suis tes mots, je suis ton cœur

Tout mes défauts sont mon malheur

Quand l'on ne peut dire je t'aime

Pour une vie maudite que l'on égraine.


  Vis ta vie petit papillon , petite huître perlé

Ne gâche rien crois moi, détache toi du passé

Si te tes rêves , de ta passion j'en fut l'ombre

Je te laisse aller vers ton nouveau monde.


  Car tout commencement aura une fin

Qu'elle soit pour certains sans taint

Ou comme une flamme qui s'éteint

Trop souvent la marque du destin .

 
18/10/2016 à 07:07

Edgard

Type : Homme
Messages : 382
Membre depuis : 12/08/2016

La vie sournoise nous ramène en soulevant son masque

Nous laissant en main à ce que l’on  défini comme orgasme

D’un plaisir plus  rapide que le coup précis d’une cravache

Et dans le fond d’un lit on en mesure ce qui s’en détache.


Dois ton pour autant se contenter d’une feuille, d’une image

Et laisser aux vautours de l’amour se repaitre du carnage

Pleurant sur le sort de cette pitoyable et misérable  libido

Pour un corps qui n’est que devenu ce funeste  fardeau.


Quand votre esprit ne s’étonne plus de l’infâme  ricochet

Ou son l’âme se meurt d’avoir perdu ainsi tout reflet

Le  cœur s’apaise en reconnaissant cette petite mort

Comme un bien fait ou  l’homme s’émeut et s’en fait fort.  

18/10/2016 à 07:15

Edgard

Type : Homme
Messages : 382
Membre depuis : 12/08/2016
De désir de vous plaire pour jouer de cette braise

A vous de nous dire comment vous consumer

Sentez qu’en nous monte furieusement la sève

Pour qu’elle puisse enfin d’un coup  vous honorer.



Vous faite de nos cœur puéril et  si fragile

Quand de cette vue qu’on ne saurait occulter

Comme dans une  vie que l’on croit si futile

Enfin de nos yeux  que d’aimer vous caresser.



Et comme un met que l’on porte à la bouche

Le doux présent que notre cœur ainsi réclame

Puis se glisser enfin cette nuit dans votre couche

A moins que tout réside en un sulfureux fantasme.
18/10/2016 à 17:24

Edgard

Type : Homme
Messages : 382
Membre depuis : 12/08/2016

J'ai perdu ma louve je m'en suis éloigné

De mes mots tels des crocs je l'ai blesser

Suis ainsi l'homme loup qui ne peut donc penser

Et comprendre que l'on ne peut pas tout convoiter.

 

De ses mots il ne me reste plus qu'à saigner

De cette âme qui à jamais restera damné

Comme un glaive qui frappe je me suis affligé

La perte d'un être cher pour l'avoir trop aimé.

18/10/2016 à 19:36

gabrielle

Type : Femme
Messages : 1430
Membre depuis : 26/12/2015
Tu nous gâtes avec ces beaux textes cher ami...merci bisouuuuuusssss 
19/10/2016 à 07:15

Edgard

Type : Homme
Messages : 382
Membre depuis : 12/08/2016
Gros Bisous ma belle Gabrielle.
23/10/2016 à 10:52

Edgard

Type : Homme
Messages : 382
Membre depuis : 12/08/2016

Ce chat noir est entré dans cette pièce close depuis bien longtemps

Ne se soucie plus de ses habitants en âmes perdues mirages d'antan

Miaule en ce pavanant devant le miroir pour immolé le temps présent

Dans cet espace sombre ou s'accumule la poussière aux effluves d'encens.


 

Le chat noir à posé sa patte sur le carreau embrumé

Les coussinets de celle-ci laissent la trace du passé

Comme une arabesque les marques en sont imprimés

Dessiné dans un doux ronronnement, puis s'en est aller.


 

Le chat noir n'est plus qu'une ombre ici 

Séparé de son corps vieux, las et meurtri 

Sa présence fut ce que néglige le temps  

Comme une plainte lâché pour un instant .

 

Miaulement dédié pour mon cœur déchiré

Je suis devant le dur tribu d’une vie passé

Observant les moments ou ce sont prélassé

Dans les profondeurs ou la vie n’est plus éclairée.

 

Le chat noir se détache de l’univers de la mort

Son âme n’est plus qu’un reflet du mauvais sort

Et les vers qui songent à se repaitre de son corps

Se réjouissent pour l’instant  pour ce qu’il reste  encore.


 

Nous ne sommes que le reflet de notre seul désespoir

Ou les flots de nos maux se dessinent sur ce miroir

Pour ne paraitre qu’au moment ou s’abreuve le soir

Et couvrent nos vies d’un linceul de cette âme  si noire.


 

Je suis enfanter par la pire de cette  mélancolie

Elle me tord les viscères , tout ceci sans un cri

Fouille en moi  puis découvre ce qui me pourri

S’amuse de savoir qu’elle tient car je suis maudit


 

De ses cendres fut un  temps ou l’exigence était

Comme une appartenance à un monde  paraissait

De cette certitude  en accomplissant le souhait

D’une vie ou l’oublie se mesure à ce que l’on fait.


 

 

Je suis si seul  que ce cœur ne cesse de saigner

De toutes ses chaines,  elle m’en avait  débarrasser

Mais  il me manque l’essentiel et de  pouvoir continuer

Cet amour qu’elle ne pourra jamais , c’est ainsi me donner.


 

Le chat noir regarde l’horizon

Je ne me rappelle plus son nom

Il hante mes pensées , ma raison

Et noyant dans l’alcool j’enterre ma passion.


Edgardepoe " Hommage à Edgar Poe"

 

30/10/2016 à 10:49

Edgard

Type : Homme
Messages : 382
Membre depuis : 12/08/2016


Je découvris ainsi le monde tel qu’il était, la démesure n’était qu’un pis-aller vis à vis de ma vision des choses.

 Se morfondre n’était pas une solution et je m’accrochais à l’espoir que cette chose allait me sauver, enfin j’étais crédule  et me rendit compte que l’obscurité grandissant dans mon esprit n’était que la face cachée de ma véritable nature.

Le fil des années  à me morfondre sur des sujets qui ne valaient guère mon attention m’ont dévié de ce que normalement mon existence était destinée.

Regardant ainsi le passé, je m’étais assoupi, ici dans l’immobilisme le plus total et n’ayant à présent plus qu’à attendre le prochain train.


Ed

31/10/2016 à 18:44

rouquinette

Type : Femme
Messages : 1309
Membre depuis : 26/07/2015

Edgard a dit :


Je découvris ainsi le monde tel qu’il était, la démesure n’était qu’un pis-aller vis à vis de ma vision des choses.

 Se morfondre n’était pas une solution et je m’accrochais à l’espoir que cette chose allait me sauver, enfin j’étais crédule  et me rendit compte que l’obscurité grandissant dans mon esprit n’était que la face cachée de ma véritable nature.

Le fil des années  à me morfondre sur des sujets qui ne valaient guère mon attention m’ont dévié de ce que normalement mon existence était destinée.

Regardant ainsi le passé, je m’étais assoupi, ici dans l’immobilisme le plus total et n’ayant à présent plus qu’à attendre le prochain train.


Ed



Nous sommes gâtés par ces beaux poèmes ....merci ...merci

le chat noir j'adore...

Et cet avatar de chat ,une petite merveille..........miaouhhhh
31/10/2016 à 19:10

Edgard

Type : Homme
Messages : 382
Membre depuis : 12/08/2016
Merci Rouquinette, tout le plaisir est pour moi de vous plaire , tant par mes modestes écrits et pour le plaisir de vous répondre aussi.

J'adore votre avatar .

Pour ce qui est de ma petite préférée c'est notre dernière chatte que nous avons recueilli blessée sur la route , soignée et adoptée , c'est quand même une coquine .

Je vous embrasse sans oublier nos douces amies sur ce forum et une amicale salutations à mes compères .


Bien à vous Rouquinette.
31/10/2016 à 19:12

Edgard

Type : Homme
Messages : 382
Membre depuis : 12/08/2016

Je regarde par cette fenêtre ou la buée  à envahit la vitre par une condensation morbide rivale de cette brume qui assoupie la nuit.

C’est ainsi que les ombres dansent sous l’œil amusé de la lune qui étouffe ses angoisses pour asservir les fantômes de son âme.

Je pose mon attention et m’émerveille de ses instant ou le temps s’écoule et joue la chamade avec ses secondes qui se nourrissent de ma vie.

Le tic tac de l’horloge flirte  avec mon passé, passage d’une vie ou la mort programmé de cette existence pèse comme une chape de béton sur mon âme.

Désormais seul sur cette route mes mots n’ont pas  plus d’importance qu’un jet de pierre dans cette abime ou ma passion à perdu la raison.

Mon cœur rythme mes doutes, et cette angoisse se nourrie de ma peur, je saigne au-delà de ma chair et ce qui fut s’estompe avec le silence qui envahit la plaine.

 

Tel un insecte qui  arpente le corridor de la mort

Quand la  démesure enivre le rôle de l’acteur

Pour n’être que le reflet de ce qui fut ainsi  la vie

Je me jette à terre et prie de n’être à sa merci.


Je mesure le temps qu’il lui faudra pour m’écraser

Un périple morbide pour une cause inachevé

Mon existence est telle que j’aurai aimé sourire

Sourire à la vie, juste pour  ne point ainsi mourir.

 

Ed

03/02/2017 à 08:59

Ed.

Type : Homme
Messages : 144
Membre depuis : 12/08/2016
C'est comme un souffle étrange

  Une sensation qui me dérange

  La peur de cette idée, cette inconnu

  Puis se dire pourquoi , à en être déçu.


    Je mire en toi toutes mes désillusions

  Mon cœur, ma peau, ma déraison

  Puis je m'abreuve seul sur ce passé

  Quand abattu ici je pleure mon aimée.

 

  Que reste t'il ainsi de notre amour

  Des bribes, des songes et sans retour

  Je me lève , puis je verse quelques soupirs

  Et sans un mot je part , pour ne pas mourir.




Ed
03/02/2017 à 09:03

Ed.

Type : Homme
Messages : 144
Membre depuis : 12/08/2016

Ton corps me laisse proche de l’abime de ma passion

L’humus de ta sève régale l’infini désir que je lis en toi

Mon âme est au bord de la rupture de tout ses sens

Et je m’enivre de la chaleur de ta chair et de son gout.


Puisse en moi l’envie qui s’imprègne de  ta déraison

Que l’union de nos liqueurs fasse de moi ton roi

Et de toi femme esclave de ton infini  jouissance

Pour que je t’abreuve de ma semence d’un seul coup.


03/02/2017 à 09:11

Ed.

Type : Homme
Messages : 144
Membre depuis : 12/08/2016

Son cœur bat la chamade et son désir n’en devient que plus grand

Son sexe légèrement humide se languit à présent

Ses yeux deviennent humide car de cet homme comme amant

Va lui refaire découvrir le plaisir qu’elle attend depuis longtemps.


Je me revoie lui   caresser son corps  de sirène

Juste à cet endroit ou tout vous émerveille

Pour y gouter l’absinthe sur mes doigts son désir

Marquant ainsi mon territoire par son plaisir .



Sa main descend lentement vers cette chapelle ardente

Celle-ci tremble car elle connait bien ce désir qui la brule

Ses doigts n’en sont qu’à quelques centimètres  puis rentre

Pour s’engouffrer dans ce puits ruisselant  d’envie.



Leurs mains jouent sur ce tissu qui les attire


Pensant à ses soirées où leurs corps vont chavirer

D’un regard ils savent que ce doux drap les inspire

Pour cet  amour car la passion ne peut vous abandonner


Et rendre  jaloux pour qui se meurt , l’œuvre de Shakespeare.


28/03/2017 à 09:56

Ed.

Type : Homme
Messages : 144
Membre depuis : 12/08/2016
Lettre imaginaire .


Que pourrais je vous dire qui puisse éveiller en vous une quelconque intention à découvrir ce qui sommeille en moi , dégageant ainsi l'attention que vous auriez pu consacrer à découvrir ce judicieusement mon esprit aimerai vous faire partager.

J'aimerai tant savoir ce qui me pousse à vous écrire, certainement les mots qui servent à votre esprit pragmatique en ne vous ennuyant de principes démaquillant le temps qui nous semble trop souvent illusoire et perdu.

Je n'ai rien à vous apporter que vous n'ayez déjà découvert , à part cette modeste contribution d'un partage ou se mélange plaisir intellectuel ou les rimes de mots se soumettent à l'encontre d'un périple n'ayant de nom.

Je ne serait pas l'amant que vous auriez espérer, celui sans visage n'étant que le reflet d'un fantasme qui se meurt, de cette douce caresse dans le souffle d'un moment ou le temps n'à plus d'emprise, Un mot dans une bouche pour que dépose ce frémissement sucré d'une âme qui vous est voué .

Serai je digne de vous faire vibrer, de vous aimer le laps d'un instant, de vous sublimer , de vous posséder, mais je ne suis qu'une âme qui se cherche, un coeur qui saigne , un ode qui se noie dans le silence dont l'écho se meurt sur l'horizon, pour cet embrun d'amour ou la vie n'est plus qu''un mirage au lointain.

Je ne saurais en moi dégager tant d'émoi
Pour qu'un cœur ici se souvienne de moi
De cette absinthe de vie qui m'empoisonne
D'un mal ou chacun de ses coups résonne

Enfonce dans ma chair cette couronne d'épine
Faisant de moi cet être qui ne peut être digne
Car soumit à cette dure loi qu'est la vie
Chacun de ses jours ou je me maudit

De n'avoir pas su éclairer avec de modestes propos
Préférant l'absence pour ne vous offrir que mes maux. Moi même
29/03/2017 à 10:59

Davy22

Type : Homme
Messages : 787
Membre depuis : 12/05/2014
Le dernier texte est de toi ? C'est très bien écrit, plein de sens et de beau mots. Fait plaisir de lire des choses de ce niveau ! Merci pour le partage !
29/03/2017 à 11:34

Ed.

Type : Homme
Messages : 144
Membre depuis : 12/08/2016

Davy22 a dit :

Le dernier texte est de toi ? C'est très bien écrit, plein de sens et de beau mots. Fait plaisir de lire des choses de ce niveau ! Merci pour le partage !

Merci Davy, c'est bien de moi. T'expliquer comme l'inspiration prend forme je ne saurais te le dire , quelques mots , une image , une pensées et c'est un déferlement de mots qui s'emboitent .

Merci de ta sympathique appréciation et pour tout t'avouer il y à deux personnes ici qui lors de mon inscription par leur accueil et nos échanges  ont fait en grande  partie de l'évolution de mes écrits à ce jour .


Bien sur je n'oublie pas tout ceux que je remercie pour leur bienveillance et leur généreuse ou douce  amitié.


Voilà je ne me suis pas fait tout seul et c'est surtout grâce au rencontre, aux émotions au partage que nous sommes .

Bien à toi Davy et merci encore pour ton message.

Ed, PascalH
29/03/2017 à 11:52

Sourire22

Type : Femme
Messages : 59
Membre depuis : 18/05/2016
Cher Ed,

Tes écrits en disent long sur toi.....Davy22 a raison de te dire qu'ils sont beaux.....ces mots qui tu sais si bien utiliser......

Cette simplicité dans tes écrits qui nous parle à tous....

Cette justesse dans ces récits qu'on lit jusqu'au bout....

Une grande sensibilité humaine s'en dégage, Ed, tu es beau !

Continu d'écrire.....





29/03/2017 à 12:32

gabrielle

Type : Femme
Messages : 1430
Membre depuis : 26/12/2015
Mon très cher ami éd...

Nos amis ont raisons c'est si beau ce que tu écris...tu m'as émue...

Je ne suis pas d'accord...tu as tant à apporter... à donner...
Toutes ces émotions qui se cachent en toi...ne demandent qu'à sortir que dis-je à exploser...Cette rage d'aimer jusqu'à la bestialité sommeil en toi...laisse la se réveiller...

Oui continues  à nous écrire...écrire pour toi te donne la possibilité d'extérioriser tes sentiments...pour notre plus grand plaisir...

kiss
...