Est-ce normal d’être jaloux ?

Publié le 24/03/2017 à 10:43

La jalousie, pour la plupart d’entre nous, est considérée comme une preuve d’amour mais si les scènes de jalousie sont flatteuses au début d’une relation, elles empoisonnent vite la vie de couple.


Ce sentiment s’installe dans la petite enfance, dès que nous réalisons que notre mère a d’yeux pour d’autres que nous. Nous pensions être le centre du monde et voilà que nous devons partager cet amour. La jalousie est le reflet des premières trahisons, des premières frustrations.


Cette impression de ne pas avoir été assez aimé, d’avoir été abandonné, voire délaissé pour un autre (lors de la venue d’un petit frère par exemple) n’est étrangère à aucun d’entre nous. De deux, nous aurons à accepter d‘être trois, puis plusieurs. La fusion mère/enfant a une fin et c’est la manière dont cette fin aura été intégrée par le bébé que l’adulte ensuite, saura plus ou moins gérer les sentiments de jalousie. Plus sa relation primaire aura été sécurisante, plus il y a des chances pour qu’il ne connaisse pas les ravages de la jalousie maladive. Mais bien sûr la sensibilité de chacun joue aussi un rôle, rendant ce sentiment plus ou moins fort.


Comment gérer la jalousie ?


Dans un premier temps, acceptez cette émotion subjective. En effet, ce qui nous rend jaloux ne rend pas forcément tout le monde jaloux. Certains seront jaloux du chien de leur partenaire, d’autres de ses collègues, de sa famille, voire de sa voiture !


Admettez qu’il est normal de souffrir mais comprenez que derrière ce sentiment, il y a toujours un besoin d’être indispensable, d’être tout pour l’autre. Cela ressemble étrangement à un sentiment de possession. Or, l’amour ne nous rend pas propriétaire de celui qu’on aime, facile à dire mais si difficile à entendre lorsqu’on est amoureux.


Bien souvent derrière les affres de la jalousie se cache la peur de perdre celui ou celle qu’on aime. Un manque d’estime de soi accentue toujours les élans de jalousie. Rassurer son conjoint jaloux est toujours utile mais pas toujours suffisant. Car lorsque la jalousie devient pathologique, plus rien ne saura raisonner notre partenaire. Le crime passionnel existe depuis toujours et existera toujours, ces comportements excessifs ne doivent jamais être pris à la légère.


Enfin, devenez philosophe, le danger est rarement là où vous l’imaginez. Apprenez à stopper votre petit vélo imaginaire et soyez réaliste. Si votre partenaire a tendance à être séduisant, ne soyez pas surpris qu’il sourie facilement à l’autre sexe. Si votre femme est particulièrement sexy, vous l’avez choisi pour ses atouts alors ne soyez pas choqué qu’elle continue à plaire aux autres mâles. Il n’y a pas de réelle tromperie.


Néanmoins, pour atténuer votre jalousie, vous devez apprendre à être plus autonome. En d’autres termes vous devez exister sans votre partenaire. Evitez de confondre besoin et manque. Qu’il vous manque quand il n’est pas là, n’est-ce pas une belle preuve d’amour ? Mais vous n’êtes pas en manque d’oxygène et sur le point de mourir.


Au contraire, en le laissant vivre sans vous, vous laissez une certaine distance et cette distance nourrit votre désir. Enfin, lorsque vous êtes particulièrement inquiet, vous avez tout à fait le droit de lui demander de vous rassurer. Par exemple, qu’il vous appelle s’il rentre plus tard que prévu. Faites-vous respecter plutôt que de souffrir en silence. Et surtout : répétez-vous que la jalousie n’a jamais été une preuve d’amour !


Cette émotion est humaine et vous prouve que vous êtes bien vivant mais, comme toutes les émotions, elle n’est pas rationnelle. En revanche, nous avons la capacité de gérer nos émotions, en acceptant de reconnaître qu’elles nous parlent de nous et non pas des autres. Réfléchissez : quelle est donc cette blessure intérieure qui vous rend si jaloux ? De quoi manquez-vous ? De quoi avez-vous si peur ?


Une fois tout cela admis, cessez de jouer au détective. Sinon vous risquez fort de trouver un indice qui nourrirait votre jalousie. De plus, cette intrusion dans le jardin secret de votre partenaire pourrait bien lui déplaire. Accepteriez-vous d’être ainsi surveillé ?


En revanche, développez vos activités personnelles afin de ne pas être si dépendant. De plus, cela renforcera votre estime de vous.


Et si votre partenaire ne vous apporte pas ce à quoi vous aspirez, comme par exemple des rapports sexuels réguliers, cela ne signifie pas qu’il y a quelqu’un d’autre. Ne confondez pas insatisfaction et trahison. Bien souvent, la jalousie démarre à cause d’une insatisfaction.


Et puis si l’autre vous rend vraiment jaloux et donc malheureux, sachez que c’est vrai certaines personnes le font exprès. Assumez vos responsabilités. Posez vos limites au lieu de subir ces tortures.


Enfin, la jalousie est parfois une projection. Auriez-vous envie de tromper votre partenaire ?  Il y a aussi la jalousie qui trahit une homosexualité, mais là c’est une autre histoire...


Ne confondez pas non plus la jalousie avec l’envie. Voilà une petite astuce simple qui vous permettra de saisir la différence : le jaloux craint de perdre son partenaire alors que l’envieux en veut à celui qui profite de son partenaire. Le jaloux agresse son partenaire alors que l’envieux agresse son rival et adversaire. 

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 12/04/2017 à 18:26

Réponse de Doudou973

Je suis avec un homme jalousie et possessif je ne sais pas comment faire pour que tout ça s arrête pourtant je le rassure pouvez-vous m aider