Comment réagir face à une panne de désir ?

Publié le 06/01/2017 à 15:31

La panne de désir touche plus les femmes mais les hommes sont aussi enclins à connaître des baisses de désir et cela les inquiète d’autant plus.


Tout d’abord pas d’affolement, nous sommes tous confrontés, à un moment ou un autre à une baisse de la libido, ce qui n'est pas très grave lorsque c’est provisoire. En revanche si la panne dure plus de six mois, il vaut mieux commencer à se poser des questions.


Bien sûr tout dépend de l’individu, celui qui n’a jamais eu une forte sexualité peut rester un an sans désir sans que cela soit alarmant.


Cherchez d’abord les causes en vous souvenant du moment où la baisse de désir s’est manifestée. Les raisons peuvent être :


- organiques (par exemple à cause d’un traitement médical),


- extérieures au couple (lors d’un changement professionnel, d’un deuil familial),


- ou provoquée par la relation de couple (ce sont les pannes les plus inquiétantes).


Ensuite seulement, en fonction des causes, vous pourrez trouver les solutions. Parfois, il faudra faire appel à une aide extérieure. Les sexologues savent proposer des exercices aux couples en mal de désir.


Dans un premier temps, la communication est utile, tant pour celui qui connaît la panne que pour l’autre. Cela rassure.


S’il s’agit d’une question médicale, il faut en parler avec le médecin qui a fourni le traitement. Par exemple les antidépresseurs ont souvent un effet néfaste sur la libido. S’il s’agit d’un événement de vie, laissez passer un peu de temps, sans pour autant vous endormir car comme l’appétit, le désir vient en faisant l’amour.


Si en revanche, c’est la relation de couple qui a mis votre désir en berne, faites un bilan sincère et réaliste. Là aussi, l’aide d’un thérapeute peut s’avérer nécessaire.


Beaucoup de couples sont néanmoins encore heureux ensemble mais n’éprouvent plus de réelle attirance. De nombreux paramètres entrent en jeu. Au fil des ans, l’un ou l’autre des membres du couple a pris du poids ou s’est laissé aller. Quand ce n’est pas un détail a priori anodin qui aura coupé le désir, comme un manque d’hygiène ou des odeurs corporelles dérangeantes. Parfois, le couple fait encore l’amour de temps en temps mais la fréquence des rapports diminue dangereusement. Bien souvent, les relations sexuelles ne sont plus très satisfaisantes pour l’un des partenaires.


De nombreuses femmes, après quelques années de vie commune, perdent le désir pour leur partenaire et font l’amour bien plus souvent qu’elles n’en auraient envie. Ce qui a pour but de faire encore et encore baisser leur désir. Après une grossesse, la femme change et ses envies ne sont plus les mêmes. Le mari continue sur le même mode alors qu’en faisant l’amour différemment, le couple pourrait se retrouver avec une fougue toute nouvelle.


Certains hommes perdent le désir pour leur partenaire lorsque celle-ci est devenue mère. Ils ont du mal à le formuler et ils trouvent d’autres subterfuges pour éviter les rapports sexuels, la fuite dans le travail étant l’attitude la plus fréquente. En se taisant, ils n’aident pas leur compagne à redevenir désirable d’autant qu’elle se sent délaissée. Un cercle vicieux s’installe et le couple s’éloigne de plus en plus.


Certes, ce n’est jamais agréable d’entendre son partenaire nous dire : « J’ai moins envie de toi. » Mais cet aveu a souvent l’effet d’un électrochoc qui débouche sur une solution. Rien de pire que la monotonie sexuelle pour couper le désir.


Parler de son intimité, c’est accepter de reconnaître que le corps change, que le désir est fluctuent. L’amour ne suffit pas pour entretenir le désir. La séduction est nécessaire et elle passe d’abord par un rapport à soi et à son corps. Puis par un rapport à l’autre. Si le partenaire n’est plus respecté comme un sujet à part entière, il devient comme un meuble.


Combien de couples s’oublient devant leur partenaire !


Certains détails a priori anodins peuvent être des tue-l’amour définitifs. Comme ne pas prendre soin de fermer la porte des toilettes, partager la salle de bain au moment de sa toilette intime ou encore ronfler la nuit ! Discuter de ces prétendus détails est essentiel.


En fait, ces omissions ont pour but de ne pas blesser le partenaire mais sont néfastes au fil du temps puisqu’ils nuisent à une communication authentique.


Vous devez comprendre sur quels piliers repose le désir. Il y en a cinq essentiels. Si vous réussissez à les maintenir tous les cinq, vous pouvez être sûr que la libido de votre couple restera au top niveau.


Premier pilier : Ne pas vouloir être pareil. Ce sont nos différences qui nous attirent. Gardez votre part de mystère, restez comme vous êtes même si votre partenaire critique parfois.


Deuxième pilier : cultiver le manque. En s’imposant des séparations plus ou moins longues. En entretenant le sentiment que nous ne nous appartenons pas et qu’à tout moment l’autre peut nous échapper. Nous avons besoin d’un espace qui nous rend à la fois désirable mais qui nous donne également envie de retourner dans la fusion.


L’acte sexuel est un moment de fusion intense mais si nous sommes toujours ensemble, nous n’éprouvons plus, ou en tout cas beaucoup moins, le besoin de faire l’amour. C’est le jardin secret de l’autre qui lui laisse sa part de mystère si nécessaire au désir.


Le manque peut aussi s’écrire abstinence. Rien de tel que de s’imposer quelques jours d’abstinence pour éprouver plus de plaisir lors du prochain rapport sexuel. Or, le plaisir est tout de même un bon moyen d’entretenir le désir.


Troisième pilier : nourrir sa fantasmatique.


Quatrième pilier : se parler d’amour, en continuant à se faire des déclarations.


Cinquième pilier : oser une sexualité-plaisir en se servant de l’autre comme un objet. C’est parce que les couples finissent par trop se respecter que la sexualité devient prévisible. N’hésitez pas à bousculer vos habitudes de temps en temps.


Enfin, si vous êtes en panne de désir, avant d’en parler à votre partenaire, voilà quelques astuces qui vous permettront de savoir comment se porte vraiment votre libido.


Voyez si vous avez encore du désir pour les choses de la vie. Si ce n’est pas le cas, vous êtes sans doute déprimé. Donnez-vous du temps, faites fonctionner votre imaginaire fantasmatique, accordez-vous du plaisir au quotidien et surtout réapprenez à parler d'intimité avec votre partenaire. Et si vous éprouvez un fort désir pour quelqu’un d’autre, vous avez la preuve que votre libido se porte à merveille et qu’en revanche, votre couple n’est plus en très bonne santé  !


 

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 07/01/2017 à 13:19

Réponse de CheyN

Oui ! Souvent une perte de désir avérée n'est autre qu'une demande d'évolution de notre plaisir :: une invitation à percevoir différemment ce qui pourrait nous exciter :: voir ce qu'il adviendrait de notre lassitude du quotidien si notre partenaire venait à disparaître (plutôt que de chercher se divertir ailleurs), par exemple ?
Quoiqu'il en soit nous sommes des êtres de mouvements :: rien n'est figé, tout change et se transforme et c'est passionnant de suivre son propre torrent ! ^=^