Qu'est-ce qu'une perversion ?

Publié le 14/12/2016 à 14:55

J’aime bien cette phrase « Les perversions sont les fantasmes des autres ». Ainsi, nous aurions tendance à considérer comme pervers toute pratique qui nous semble inconcevable pour nous. En fait, nous sommes souvent choqués par des pratiques qui ne correspondent pas à notre culture ou qui ne sont pas du tout dans nos habitudes sexuelles. Ainsi, nous pouvons vraiment être dérangé par une demande sexuelle de notre partenaire et en déduire qu’il est pervers.


Voilà pourquoi engager son partenaire sur un chemin sexuel un peu particulier s’avère délicat.


La norme en matière de sexualité varie en fonction des époques et des cultures. Ainsi, une bonne sexualité auparavant était une sexualité reproductive. La sodomie par exemple était considérée comme une perversion, elle l’est encore pour certaines personnes qui ont baigné dans une culture particulièrement religieuse. Le coït anal en effet ne permet pas la fécondation.


Il y a aussi une normalité statistique. Pour certains individus, être dans la norme les rassure. Ils se sentent normaux. Mais être normal n’est pas la définition exacte de l’opposé de la perversion.


Pour certaines personnes, l’échangiste ou celui qui pratique le sadomasochisme est un pervers.


Il y a la normalité légale : sera considéré comme une perversion, tout ce qui n’est pas autorisé par la loi. Ce fut longtemps le cas de l’homosexualité qui heureusement n’est plus considérée comme une perversion dans notre pays mais qui le reste dans encore certains pays du globe. Ce qui a longtemps fait penser à une majorité de gens que l’homosexualité était une déviance.


Voilà deux points qui vous permettront de reconnaître un partenaire pervers :



  • Si votre partenaire s’occupe seulement de son plaisir et que vous n’êtes qu’un objet là pour le satisfaire ou la satisfaire, vous pouvez en déduire qu’il est pervers. Et en fait, quelque soit la personne avec qui il ou elle a des rapports sexuels, il ou elle se conduit exactement de la même manière.

  • Lorsqu’un individu ne peut jouir que d’une seule manière. C’est-à-dire lorsqu’il faut exactement le même rituel. Dans ce cas, la perversion sera d’autant plus grave que les conditions seront extrêmes. Par exemple quelqu’un qui ne peut jouir que dans la position de la levrette sera moins considéré comme pervers que celui qui ne pourra jouir que dans un imperméable noir avec une femme portant des escarpins rouges vifs !


Sinon, toute pratique est acceptable, à condition bien sûr que ce soit entre deux adultes consentants. Donc si ce qu’on vous propose ne vous plaît pas, dites non sans penser que votre partenaire est pervers...


Sachant toute fois que parfois lorsqu’un fantasme devient terriblement obsédant, même s'il s’agit d’une pratique assez bénigne, on finira par parler de perversion, puisque le fantasme finit par l’emporter sur tout le reste. D’ailleurs si la personne ne cesse de harceler son partenaire afin qu’il cède à son désir, on voit à quel point il ne tient plus compte de lui et ne le respecte pas dans son désir.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 26/12/2016 à 20:36

Réponse de Sympathie64

Quand une personne est libertine depuis très longtemps et que vous vous retrouvez en couple avec cette personne .Vous essayez le libertinage .je suis la femme .j ai essayé 2 hommes une femme .une autre femme; le côté à côté mais quand il s agit de melangisme je me bloque car je suis jalouse . Je ne suis donc pas une libertine dites moi ?
Qu est ce que le libertinage par rapport à la perversion