Les films de culte

Publié le 13/12/2016 à 10:33

Le jeu de mots du titre de mon livre qui vient de sortir en cette fin novembre ne vous a certainement pas échappé. Je tiens à remercier chaleureusement Guillaume et Cédric les co-auteurs qui ont fait un travail remarquable, retrouvant même des films que j’avais totalement sortis de ma mémoire.


Nous nous sommes rencontrés il y a deux ans maintenant et ensemble nous avons retracé ma carrière cinématographique, de X à Z serais-je tentée de dire, à tort paraît-il. Car même si je n’ai pas tourné de chef d’œuvre en particulier, tous ces films pornographiques, érotiques, fantastiques, comiques, parfois malgré eux, auront marqué plusieurs générations.


Quand ces deux compères sont venus me voir pour obtenir mon accord quant à la réalisation de cet ouvrage, je n’imaginais pas que cela aboutirait sur une telle reconnaissance.


Sans doute parce que durant toutes ces années (entre 1976 et 2000) j’ai plutôt subi l’opprobre que l’admiration. J’avais tendance à penser que la reconnaissance qui m’est due aujourd’hui l’était surtout pour le travail que j’effectue tous les jours à l’antenne.


Ce livre me permet d’être fière de mon parcours précédant. Ce que je prouve aujourd’hui par mes paroles, mon corps le démontre tout autant. Je me balade au fil des pages dans une nudité totale mais toujours libre, épanouie, heureuse de m’exhiber pour mon plaisir et celui des autres.


À cette époque, il n’était pas si facile d’afficher en tant que femme sa liberté sexuelle, je l’ai fait en toute innocence et je ne regrette rien. Bien sûr la pornographie n’avait rien à voir avec ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Il y avait un courant libertaire qui bousculait la société bourgeoise d’après 68.


En 2016, on pourrait penser que tout est gagné, malheureusement, certains discours me laissent penser qu’il y aurait même un certain recul.


Discours moralisateurs sur l'IVG, recul de la contraception, retour d’une certaine pudeur, généralisation du voile chez les femmes musulmanes et je pourrai continuer les exemples…


Mais ce qui me permet de rester optimiste, c’est de voir que mon public devient de plus en plus féminin alors que durant tant d’années, j'avais un public exclusivement masculin.


J’encourage les femmes à oser revendiquer la liberté de leur corps et à assumer leur féminité par tous les pores de leur peau. Ce sera pour le plus grand bonheur de tous. Les pays libres sont les pays où les femmes sont libres, lorsque la démocratie recule, les femmes et les personnes aux sexualités marginales sont les premières à en souffrir…




"Brigitte Lahaie : Les films de culte" aux éditions Glénat, paru le 30 novembre 2016.

Pour pouvoir réagir, nous invitons à vous connecter Se connecter

Le 30/12/2016 à 10:22

Réponse de Davy22

En terme de porno, vous avez vecu une époque révolu et qui je trouve présagé de belle chose, là ou le sexe exprimait le plaisir, la seduction et l'amour, un art de vivre....Le sexe en tant que moteur d'amour et d'art de vivre à disparu, pour le cantonné religieusement à la jouissance et donc au péché...retour en arrière...puis de votre corps vous avez travaillé la tête, et vous avez conforté l'idée qu'il y'avais un vrai sens à vos films...car la Brigitte de 20 ans était déjà la Brigitte de la radio. Evidemment avec plus de recul, de sagesse, mais je suis sur, pas si différente de vos 20 ans....et pour nous avoir permis de mieux vous connaitre, vous nous avez presque tous donnée Brigitte de vous même, votre corps et votre tête, nous vous remercions infiniment, de nous montré ce qu'est le don de soi, bien mieux qu'une mère téresa hahahaha...
Le 19/12/2016 à 09:57

Réponse de CheyN

C'est vrai qu'il y a Brigitte, la fabuleuse jeune femme aventurière resplendissante dans toute sa force de candeur et d'insouciance dans ces "Films de culte" que j'adore ; et puis il y a Brigitte, la merveilleuse animatrice radio d'aujourd'hui, Femme libre, mûre et épanouie dans toute sa splendeur que j'affectionne infiniment comme une de mes Maître de Maturité.

Cela dit, que la jeune Première ait construit la Femme ; et que la grande soeur ait su chérir la plus petite en retour, vous rend formidablement Une et indivisible à mes yeux chère Brigitte ! ^=^